KDOG Cancer Detect Group
Search

L'ETUDE CLINIQUE (2020-2022)

KDOG
04/12/2020
Partager
En 2017, l’équipe KDOG a validé une preuve de concept : 2 chiens éduqués ont réussi à détecter 90,3% des échantillons positifs parmi les 130 échantillons de sueur qui leur étaient présentés. Pour aller plus loin et tester ces hypothèses, l’équipe a mené, entre 2020 et 2022, une première étude clinique. Les résultats n’ont certes pas été suffisants, mais restent plus qu’encourageants pour l’avenir de la détection canine du cancer du sein.
Owen

Contexte, principe, objectif et résultat

Contexte

Les chiens possèdent un odorat 100 000 à 1 million de fois plus sensible que l’odorat humain. Formé à la détection, ils seraient capables de repérer l’odeur caractéristique d’une tumeur cancéreuse dans les fluides corporels comme la sueur. L’équipe KDOG a donc imaginé une nouvelle technique du dépistage du cancer du sein : la femme poserait, le temps d’une nuit, une compresse sur chaque sein, pour en absorber la sueur, puis les enverrait dans une enveloppe au centre canin pour que les chiens puissent les analyser.

La méthode KDOG

Principe

Une étude clinique vise à prouver la validité ou l’invalidité de certaines hypothèses scientifiques retenues lors de la preuve de concept, et ainsi évaluer l’efficacité et la tolérance d’une méthode de diagnostic ou d’un traitement. L'étude clinique KDOG comprenait 450 prélèvements (anonymisés), prélevés à l’Institut Curie Paris, à l’Institut Curie Saint-Cloud, au Centre hospitalier Saint-Joseph, à l’ICO de Nantes, au CH de Valenciennes, au CHU de Limoges, au Pôle santé République de Clermont-Ferrand et dans un cabinet de radiologie privé. Ils étaient analysés par les chiens du centre canin du Champvoisy.

Au cours d’une telle étude, des analyses intermédiaires sont menées pour tenter d’anticiper la performance de la solution évaluée. En particulier, le "test de Simon", auquel KDOG s’est soumis, permet de savoir si les résultats sont suffisamment prometteurs, ou non, pour que la poursuite de l’étude soit pertinente.

 

Objectif et résultat du test de Simon

Cette étude tentait de transformer les résultats particulièrement enthousiasmants de l’étude préliminaire en une méthode reconnue médicalement et reproductible à l’échelle mondiale. Malheureusement, les résultats intermédiaires, issus du "test de Simon", n’ont pas été suffisants : nous avons obtenu une sensibilité de 67,1%, pour un objectif initial de 81%. L’étude clinique s’est donc, certes, interrompue, mais a ouvert la voie à de nouvelles pistes de réflexion. De nouveaux projets ont ainsi vu le jour pour explorer chacune d’entre elles et permettre à terme l’émergence d’une méthode de diagnostic fiable et reproductible.

Découvrir les projets KDOG

 

• • •

Nous souhaitons remercier toutes les personnes et organisations qui ont permis à cette étude clinique d’exister : les hôpitaux partenaires, les cynophiles, les volontaires et patientes, les scientifiques et spécialistes. Un immense merci à tous!

• • •

Prélèvement des échantillons

L’étude clinique portait sur 450 échantillons prélevés sur des femmes présentant une mammographie anormale. Les résultats des biopsies, qui confirment ou non la présence de cancer, n’ont été révélés qu’en fin d’étude pour servir de référents lors de l’analyse des résultats obtenus avec les chiens.

Anne Tardivon exerce en tant que radiologue dans les Centres de Lutte contre depuis 1992, et à l’Institut Curie depuis 2002. Spécialisée dans l’imagerie du cancer du sein, elle est l’investigatrice principale de l’étude clinique KDOG. Lors de l’étude clinique, elle accompagnait les huit centres partenaires et rapportait les prélèvements auprès de l’équipe KDOG

Les hôpitaux partenaires : 

Hôpitaux partenaires

Par ailleurs, pour que les chiens soient opérationnels, ils devaient au préalable s’entrainer sur des échantillons, positifs et négatifs, d’entrainement. Ces échantillons s’additionnaient donc aux prélèvements requis pour l’étude clinique.

Au total, 1 700 volontaires ont accepté de participer au projet en fournissant des échantillons positifs au cancers ou des échantillons sains. De nombreux acteurs ont participé à la collecte, dont le Réseau Seintinelles, composé de femmes souhaitant soutenir la recherche sur le cancer, et en particulier sur le cancer du sein.

Avec l’arrêt de l’étude clinique, le besoin en volontaires s’arrête également.

 

• • •

MERCI A TOUTES!

• • •

De nombreux acteurs, aux spécialités diverses, ont participé à l'élaboration et la mise en place de l'étude

Deux chiens ont participé à l’étude clinique : Nougaro, un labrador, et Owen, un malinois. Entrainés au centre de Champvoisy, respectivement par Didier Valentin et Florian Conchandon, ils étaient suivis par des vétérinaires partenaires et l’équipe KDOG leur rendait visite chaque semaine pour s’assurer du bon déroulé de l’étude.

Didier et Nougaro
Florian et Owen

Découvrez notre centre canin

 

L’équipe KDOG s’est également entourée de scientifiques qui ont mis à disposition du projet leurs compétences spécifiques. L’étude clinique requérait, entre autres, l’intervention d’une méthodologiste, Alexia Savignoni, de deux éthologues/vétérinaires, Caroline Gilbert et Valérie Freiche, et d’un informaticien, Damien Truffaut.