KDOG Cancer Detect Group
Search

L'HISTOIRE DE KDOG

KDOG
04/12/2020
Partager
Après une thèse soutenue en 2012, l’infirmière Isabelle Fromantin s’est lancé un pari audacieux : mettre au point une méthode de dépistage simple, peu chère, non-invasive et indolore du cancer du sein qui précèderait la mammographie. Elle s’en remet alors aux capacités extraordinaires de l’odorat canin : pour la première fois dans l’histoire de la science, des chiens seront éduqués à dépister le cancer en reniflant des compresses imbibées de sueur !
Owen, Odin et Nougaro

La genèse du projet

« Je crois très fort en l’humain et ce sentiment guide mes actions. »

Isabelle Fromantin

2009

Isabelle commence une thèse centrée sur les biofilms bactériens des plaies tumorales du sein. Au cours de ses recherches, elle en vient à étudier les Composés Organiques Volatiles (C.O.V.) émis par les bactéries et s’intéresse alors aux odeurs diffusées par ces plaies.

2012

A l’issue de sa thèse, Isabelle émet l’hypothèse que les C.O.V., et les odeurs associées, pourraient être un biomarqueur du cancer du sein. Indétectables pour le nez humain, deux méthodes permettraient de repérer ces odeurs caractéristiques : la chimie analytique et la détection par odorologie canine.

2013

La rencontre avec des experts cynophiles donne au projet KDOG son impulsion initiale. Un appel est alors lancé à de nombreux hôpitaux pour collaborer à l’expérimentation de la détection du cancer du sein en transcutané par olfaction canine, et une équipe pluridisciplinaire se constitue rapidement.

Les objectifs du projet

Objectif 1
Objectif 2
Objectif 3
Objectif 4

L'étude préliminaire

2016

Grâce au financement participatif, KDOG acquiert ses deux premiers chiens, Thor et Nykios, qui commencent à s’entrainer au centre canin de Magnac-Laval. Les premiers échantillons de sueur sont alors prélevés : 140 femmes, malades ou saines, se portent volontaires pour recevoir le kit KDOG, porter les lingettes le temps d’une nuit et les renvoyer au centre canin.

2017

Pendant 6 mois, les chiens exercent leur mémoire olfactive sur une ligne de 4 cônes, soit 4 échantillons. Chaque ligne est composée d’un positif et de trois négatifs. Les résultats ont été plus qu’encourageants : évalués sur des échantillons qui leur étaient inconnus, les chiens ont eu un taux de réussite de 90,3% au premier tour ! Cette preuve de concept a été présentée à l’Académie de Médecine le 21 février 2017 par Isabelle Fromantin et Séverine Alran.

• • •

Un taux de réussite de plus de 90%!

• • •

Nos premiers chiens

Les malinois ont une grande capacité d’apprentissage et de concentration, une grande endurance, un goût du jeu, et font d’excellents collaborateurs. C’est donc avec deux malinois, Thor et Nykios, d’abord entrainés au centre canin de Magnac-Laval, puis au centre de Champvoisy à partir de l’été 2017, que KDOG a choisi de débuter ses recherches.

THOR

Thor

Thor est le premier chien du projet KDOG. Ce malinois, joueur et affectueux, a commencé à s’entrainer en avril 2016, à l’âge de 17 mois. En février 2017, ses taux de détection de lingettes cancéreuses atteignent 100% !

Cependant, avec le temps, sa motivation s’érode, et il apparaît clairement que Thor préfère le contact humain au travail de chien détecteur. Il est alors adopté par la famille d’un ostéopathe pour animaux, qui s'est pris d'affection pour lui lors d’un stage sur le site de Champvoisy.

NYKIOS

Nykios

Très performant, joueur et précis, Nykios est le deuxième malinois à avoir rejoint l’équipe, à l’âge de 18 mois.

En janvier 2017, il reçoit le Trophée du Chien Héros dans la catégorie « Chien détecteur de maladie », remis par la Société Centrale Canine à l’Hôtel de Ville de Paris. Il a été emmené sur scène par l’expert cynophile Didier Valentin et la docteure Anne Vincent-Salomon et a reçu la médaille des mains de Natacha Harry.

Malheureusement, Nykios nous a quitté au printemps 2020, emporté par la maladie.

Le malinois n’est pas la seule race à pouvoir performer dans la détection de maladie. L’équipe KDOG a donc décidé, en septembre 2017, d’entrainer un troisième chien : Milou, un springer spaniel. 

MILOU

Milou

Né sur le site de Champvoisy, Milou a commencé son apprentissage à un an et demi, selon la même méthode que Thor et Nykios. A la fois joueur, calme, attendrissant et obéissant, c’est un chien détecteur d’exception qui fait rapidement preuve de son efficacité.

Cependant, au cours de son entrainement, Milou a également appris à lire l’homme et à adapter son analyse à ses réactions. Son travail, dès lors biaisé, ne peut plus convenir à l’étude clinique qui sera mise en place.