KDOG Cancer Detect Group
Search

LES CHERCHEURS

KDOG
11/01/2018
Partager
Ce projet de recherche n’aurait pas vu le jour sans la mobilisation de tout un collectif. Professionnels de santé, chercheurs en chimie et en biologie, vétérinaires et experts cynophiles collaborent depuis deux ans au sein de KDOG. Soutenue par d’anciens patients, des bénévoles et des bienfaiteurs attentifs, une grande équipe est désormais rassemblée pour améliorer le dépistage du cancer du sein et, à terme, celui des cancers accessibles par voie transcutanée.
La recherche

La recherche scientifique

La recherche en chimie et en biologie

Mettre au point une méthode de dépistage basée sur l’odeur requiert les compétences de chercheurs dans des domaines variés.

L’odorat est un sens encore relativement méconnu dans la sphère scientifique. Pour comprendre ce qui se joue lorsqu’un chien parvient à sentir la présence d’une tumeur, des chimistes et des biologistes issus de l’ESPCI, de Chimie Paris Tech et du CNRS mettent leurs connaissances et leurs moyens au service du projet KDOG.

Ils interviennent sur :

- La détection des composés organiques volatiles (COV) par chromatographie en phase gazeuse :

La tumeur émet des Composés Organiques Volatils (COV) odorants. Pour discriminer les différents COV dans ce bouquet d’odeurs et les associer à des bactéries ou à la tumeur, il faut un appareil de chimie analytique très puissant : le chromatographe. Des chercheurs del'ESPCI ont travaillé conjointement avec Isabelle Fromantin sur la recherche fondamentale des odeurs.

- Les échanges entre chercheurs et experts cynophiles sur la méthode de détection olfactive :

La recherche fondamentale interagit avec l’expertise cynophile relativement à l’éducation des chiens. Les chercheurs échangent avec les cynophiles et les responsables du projet pour isoler au mieux les odeurs et optimiser le protocole scientifique.

- La chimie des matériaux :

Cette optimisation passe également par un travail sur la chimie des matériaux. La matière de la lingette absorbant la sueur est au cœur des recherches des chimistes. Il faut, en effet, qu’elle soit capable et de retenir l’odeur et d’en rejeter suffisamment pour que le chien puisse la détecter. Des chercheurs de Chimie Paris Tech sont régulièrement sollicités à chaque évolution du projet.

La recherche en éthologie et vétérinaire

KDOG bénéficie aussi de l’apport d’une chercheuse éthologue du Museum d'Histoire Naturelle et professeure à l'Ecole Nationale Vétérinaire d'Alfort. Cette dernière étudie les comportements des chiens au travail et observe leur progression par vidéo ou en se rendant sur le site de travail.

En parallèle de l’étude clinique, une étude en recherche vétérinaire sera lancée – sous réserve des financements nécessaires. Son objectif premier est d’élaborer des critères de sélection précis pour choisir un chien et commencer son éducation à la détection olfactive.

Enfin, l’intervention de l’éthologue permet de mieux comprendre les réactions des chiens et d’utiliser les méthodes d’éducation les plus modernes et bienveillantes.