KDOG Cancer Detect Group
Search

LES SOIGNANTS

KDOG
14/02/2018
Partager
Ce projet de recherche n’aurait pas vu le jour sans la mobilisation de tout un collectif. Professionnels de santé, chercheurs en chimie et en biologie, vétérinaires et experts cynophiles collaborent depuis deux ans au sein de KDOG. Soutenue par d’anciens patients, des bénévoles et des bienfaiteurs attentifs, une grande équipe est désormais rassemblée pour améliorer le dépistage du cancer du sein et, à terme, celui des cancers accessibles par voie transcutanée.
Equipe soignants Curie
Aller directement à la section

Une équipe pluridisciplinaire

Les soignants de l’Institut Curie, les chercheurs scientifiques et les experts cynophiles définissent ensemble les compétences et les étapes indispensables à l’avancement du projet.

Le projet KDOG est porté par l’infirmière Isabelle Fromantin de l’unité Plaies et Cicatrisations de l’Institut Curie et son équipe. Elle est épaulée sur le plan scientifique par les équipes de Curie en anatomo-pathologie, chirurgie et réanimation, par des biochimistes, des économistes de la santé, des associations de patients, et un haut comité scientifique. Par ailleurs, nombre de bénévoles contribuent aux multiples tâches adjacentes de logistique, coordination, rédaction, communication, contacts média...

A ce stade, ce sont plus de 40 personnes qui participent au programme avec un enthousiasme peu commun. Nous les en remercions.

Les soignants de l'Institut Curie

A l’origine d’un projet de santé innovant se trouvent des professionnels de l’hôpital, engagés chaque jour auprès des malades du cancer. Toutes leurs compétences, si spécifiques, sont mises à profit pour élaborer et faire aboutir le projet KDOG.

C’est à l’Institut Curie, qui regroupe un centre de recherche de pointe en cancérologie et un centre hospitalier d’envergure, qu’est née cette grande équipe multidisciplinaire. Infirmiers, chirurgiens, anatomo-pathologistes et radiologues travaillent ensemble pour faire avancer la recherche.

Elaborer le protocole

KDOG est le fruit de réflexions conjointes dans plusieurs domaines :

* Pour élaborer un outil dont les taux de sensibilité et de spécificité équivalent à ceux de la mammographie, l’expertise de radiologues est nécessaire. Les radiologues engagés dans KDOG informent sur les développements des examens usuels, ainsi que sur les besoins des personnes y ayant recours. Ils partagent également les dernières études sur le dépistage organisé

* L’apport des oncologues et des médecins chercheurs est central pour les progrès de la connaissance en cancérologie.

* Les chirurgiens et les infirmiers, qui travaillent jour après jour au contact des malades, font remonter les difficultés rencontrées au quotidien par les femmes atteintes de cancers et/ou de plaies tumorales. C’est à partir du vécu des patientes que KDOG se construit, afin de prévenir des situations de santé graves et complexes.

Ces professionnels de santé savent également quel type de protocole de recherche pourra être accepté par les volontaires participantes ou, au contraire, risque d’être trop lourd et indisposant.

Recruter des patientes

Pour que le projet de recherche puisse progresser, il faut que des patientes volontaires soient informées de son existence. Sur les différents sites hospitaliers de l’Institut Curie (à Paris, Orsay et Saint-Cloud), les équipes médicales travaillent main dans la main pour proposer aux femmes récemment diagnostiquées pour un cancer du sein de participer à l’étude.

  1. Le médecin référent de la patiente lui parle du projet KDOG et lui propose d’y participer.
  2. Après un temps de réflexion et un accord oral, la patiente récupère un kit KDOG contenant tout le matériel pour procéder au test. Le médecin oncologue lui explique comment en cas de doute.
  3. Les chirurgiens interviennent s’il y a prélèvement direct sur la tumeur pendant la biopsie.
  4. Les anatomo-pathologistes sont mobilisés pour étudier les types de tumeur. Ces études sont nécessaires pour classifier les types de tumeur que les chiens sont capables de détecter.
  5. Après envoi de l’échantillon à l’équipe KDOG, les médecins référents restent en contact avec la participante pour répondre à d’éventuelles questions. Pour autant, aucune nouvelle du diagnostic par les chiens n’est envoyée après la participation : KDOG est encore un projet d’étude et non un outil agréé.

Mettre en place une étude clinique

Après l’apprentissage pratique des chiens, un temps de réflexion collectif est nécessaire entre tous les professionnels soignants. Les infirmiers, anesthésistes, chirurgiens oncologues, radiologues et anatomo-pathologistes se penchent ensemble sur :

- La pertinence du parcours proposé aux participantes à l’étude KDOG

- L’efficacité de la méthode KDOG basée sur la progression des chiens

- La pérennisation du dispositif par son développement à plus grande échelle

Dans le cadre de l’étude clinique (qui sera multicentrique et appuyée sur un plus grand nombre de participant-es que l’étude préliminaire), la méthode est discutée collectivement (d’un point de vue pratique, médical et biostatistique) et chaque professionnel prend sa place dans le dispositif.